samedi 16 février 2019

Biiiiiim ça va faire très mal d'ici peu !!!
Interviews en préparation:

-BlackBart
-Nervous Impulse
-EvolutionZero
-Randy x Marsh
-Dérisoire
-Burst
-le fameux gros dossier metal en Alsace qui va faire trèèèès mal ! ! Même moi j'ai envie de pleurer de savoir que je vais interviewer un groupe que j'écoute depuis 25 ans !!!!
-et....un autre très gros dossier avec interview de l'intégralité des groupes de Mystyk Prod !!!!

Elle est pas belle la vie !!! Soyez patience et votre serviteur vous livrera des heures de saine lecture !!!

mardi 12 février 2019

YATTAI / INSULTO / BORDEL SONORE

2018 INHUMAN HOMICIDE RECORDS - CD


On continue avec les tiers, avec ce split de 3 groupes tout en douceurs, en finesse et idéal pour une saint Valentin réussie.
Yattaï ouvre le bal, avec 5 titres qui sentent l'efficacité et la vigueur. Ceux qui ne connaîtraient pas Yattaï, ce sont des gars d’Angoulême qui balance un grind bien furieux, très abrassif et qui ne fait pas dans la fioriture. Ils nous offre d'ailleurs le titre le plus long du split avec un 'The end of all pain' atypique, qui n'est pas sans m'évoquer (mais sans copier), 'Trail of the dead' de Blockheads offrant une plage sonore qui envoie bien dans le genre.
Insulto enchaîne ensuite directement avec  6 titres là encore concis. Ils nous viennent de Buenos Aires, en Argentine et pratiquent eux aussi un grind énervé, pas piqué des hannetons et là aussi, très très méchant! Ouh que c'est méchant! Les titres vont à l'essentiel (ta douleur) non sans développer un esprit qui réanimerait une étincelle punk furieuse. Les titres sont accrocheurs, les plus longs développant un coté presque grind crust terriblement jouissif, avec un son plus gras. Ou est-ce l'esprit grind Amérique du Sud? Pfff, j'sais pas mais ça le fais foutrement bien.
Puis Bordel Sonore arrive pour clôturer ce split avec à leur actif 12 titres tout récents, tout neufs so 2017 (Parce que le groupe revient en forme)! Bordel Sonore est un trio composé deux célèbres frères et d'un batteur, lui aussi sûrement célèbre quelque part. Ici, on change de registre, avec un heavy thrash avec des relents Maiden. Heu... Ah non, autant pour moi! C'est dans un registre plus cohérent, un gros raw grind bien pété du bulbe où même si les morceaux ne sont pas nécessairement à fond les ballons, l'esprit y est et fait très mal. Le chant vaut le détour avec ce coté hystérique juste parfait (Bordel, des fois on jurerait entendre Bombarde...), auquel répond l'autre chant, tapant dans le glaireux guttural. On s'en fout des paroles, Bordel Sonore est là pour tout niquer, avec parfois l'impression que ça va déraper vers un raw grind noise ( des passages font penser à Anal Cunt).
Un excellent split à posséder et qui en plus peut faire un bien beau cadeau de Saint Valentin, en allant acquérir cette rondelle chez Inhuma Homicide Records.

FILTHCULT 'Demo'

FILTHCULT 2018 - CD


(Désolé pour le sale reflet, mais aujourd'hui, le soleil frappe fort...)

Yoann m'a donné ce disque, en me disant: 'Tiens, ils viennent de le  sortir, tu vas aimer!' Alors, donc?

Filthcult est un jeune trio parisien qui vient d'éructer sa première offrande aux oreilles avides de sonorités sympathiques. Le trio aime bien faire la fête, dans la gaieté et la joie, comme le prouvera allègrement cette démo de 8 titres (dont une intro... ho!!) pour un peu plus de 14 minutes. Et là, je te vois l’œil lubrique, la truffe humide (ou l'inverse?) bavant sur un probable grind. Et ben perdu. Pas du tout. Que dalle.
Le trio nous offre une recette nommée le Tiers: 1/3 de noise, 1/3 de doom et 1/3 de crust, sel, poivre, le tout à 180 degrés pendant environ 20 minutes. Et c'est assez atypique ce que ce trio propose, car étant exactement au point de rencontre des trois styles susmentionnés juste avant.
Après donc une intro tout naviguant dans un marais de doom noise bien poisseux, le groupe enchaîne avec  'Le lustrant' qui annonce la couleur: on ne va pas rigoler et ils ne sont pas là pour décorer non plus. C'est assez expéditif mais foutrement accrocheur bordel!
Cette mixture sonore est juste une putain de réussite qu'ils régurgitent sans se prendre la tête et de façon efficace.
A l'écoute, il est clair que les trois style se livrent à des actes contre nature (oui, parce que l'expliquer à l'écrit, ce ne serait plus une chronique mais un essai...), alternant des phases juste pour défourailler et d'autres plus lourdes, bien poisseuses, gardant toujours cette idée du point de rencontre entre les trois styles (où le crust se retrouve aussi bien dans le chant que dans le son en lui-même).
Si l'essentiel des titres est assez concis, l'un d'entre eux sort du lot: 'Doomdecays' un titre qui est un pur concentré de ce qu'ils jouent mais sur un titre à l'esprit doom dans la durée et dans son essence, avec une alternance de furies et de lourdeurs asphyxiantes, auquel le chant ajoute un coté anxiogène super efficace. Et ce titre permet de nous immerger plus longtemps dans leur univers personnel, où l'on pourrait se douter de la santé mentale des occupants du dit univers. On y retrouve des riffs hypnotisants, vraiment immersif, nous emmenant avec eux au fond de la folie.
Le son est très bon, tout en restant justement dans cette optique où domine principalement le coté doom et crust (en plus d'éléments noise disséminés).
 Filthcult marque le coup d'entrée de jeu avec cette démo, offrant vraiment quelque chose de barré mais foutrement efficace (je l'avais peut-être déjà dit, non?) et accrocheur! En tous cas, je vous conseille de vous pencher sur ce que propose le jeune trio, parce que ça bute vraiment!

dimanche 10 février 2019

Gros dossier Metal en Alsace à venir !!!!

Ah oui,  je sais ça fait longtemps que je ne suis pas venu ici,  but !!!!  Don't worry !!!  Je vous prépare un putain de dossier sur le Metal en Alsace,  et croyez moi : CA VA ENVOYER DU BOIS ! !!

votre serviteur Hervé

PS: attendez vous également à une interview du super groupe de Heavy Metal BlackBart !!!!  (toutes mes excuses ah groupe pour le délais !).

samedi 9 février 2019

DEGENERATION CHRONIQUE 'Dizzzgographie'

2008 Nuclear Alcoholocaust - Cdr avec Inhuman Homicide Records


Alors là encore, on fouille un peu plus loin dans le temps (je vais ressortir des trucs de fous de démos qui date, à l'occasion, en fouinant dans ma collection...) avec ce groupe qui est un duo, celui de Groubeurk et Yoarghhh, deux frangins nous offrant moult projets, dont le coté pété du bulbe domine pas mal (non sans avoir parfois des cotés engagés certains...).
Donc ce disque nous offre la discographie d'un projet étalé sur quelques années avec divers 3 démos, 2 splits et deux titres jamais diffusés, entre 2000 et 2004. Preuve que ça date: il y a un lien myspace dans le livret...
Bon, le son varie fortement en voguant de l'un à l'autre mais ça reste quand même audible. Oui mais quoi qu'est-ce donc que ce Degeneration Chronique? Il s'agit donc d'un projet noise grind teinté de gore, complètement pété du bulbe (et c'est ça qui est bien), sans prise de tête et qui fait le travail: divertir et te changer les idées
Cette compilation nous offre 42 titres en 20'12''. Et oui. Certains titres frisent clairement le progressif ('Disfigurate & purpuric embryomorphism' et sa 1'51''!!) alors que d'autres sont plus concis ('Human holocaust' et ses 4 secondes), dont la lecture des titres est un bonheur en plus d'une preuve du pétage en règle du bulbe, en plus d'y balancer un humour assez subtil ('Nice to meat you', 'Glam metal shall be eradicated').
Bon alors si des personnes cherchent quelque chose de très raffiné, bien évidemment, ils semblent qu'elles ont loupé la sortie, parce que là, on oublie la subtilité. C'est bourrin, bien noise, pété du bulbe (l'ai-je déjà dit?) mais quand même avec des riffs accrocheurs. La batterie est programmée, ce qui est logique, vu le contexte et ça colle plutôt bien à la chose!
Et bordel, ça fait du bien d'entendre des trucs comme ça, sans prise de tête, quand en plus il y a un lien de parenté derrière (je pense ainsi à Noitatalid, Over Nemesis et tous les projets des deux frangins de l'oeuvre chroniquée ici même...) qui offre généralement une vision personnelle de la musique.
Ce projet offre vraiment un truc complètement barge, bien déjanté et pourtant très accrocheur car pas prise de tête et fait avec passion! Un moyen de découvrir un des innombrables projets ou groupes des deux frères!

mardi 5 février 2019

NIDNOGAR 'Discography 1999-2003'

2018 Tangue records - CDr



Nidnogar est un duo de deux célèbres frères (nan, pas Mario et Luigi... Tssss...), GroubeurkYoarghhh deux gars très actifs dans la scène underground parisienne via de multiples groupes, le label Inhuman Homicide Records...
Ceci est donc un de leur projet, portant fièrement les couleurs de la haine du ragondin. 14 titres pour approximativement 6 minutes (on est pas à la seconde près...) qui balance un noisegrind bien déjanté, sans prise de tête ou de moments trop longs. Cela dit, c'est assez logique avec le titre le plus progressif durant 43''.
Les vocaux sont complètement azimutés, quelque part entre pété du bulbe et mongolien sous acide, mais collant bien à l'esprit pas prise de tête de la chose.
Le son n'est point mauvais en tout cas. Ici, il faut juste chercher un exutoire jubilatoire et qu'il faut niquer ces connards de ragondins (ha oui, il semble que ce soit un message du genre, très engagé du coup...
Des rumeurs venant du fin fond du ouaibeu évoque un projet secret au nom de Darnac ou Nossanac ou encore, selon les sources douteuses Ellieivdesorhtra...
Difficile de faire plus long, vu que c'est fortement concis comme rondelle. Mais c'est très sympa et ça nous ressort un morceau d'histoire de l'extrême français...

dimanche 3 février 2019

Days of Hate; Leo X Gerard

2018 Triangle infernal records - Démo CD Avec Inhuman Homicide Records

Première fois que je met deux démos en même temps. Mais vu le contexte de temps de l'une d'elle, je me suis dit 'Allez, tiens, on va les mettre ensemble!'


Days of Hate 'Do oco ao vazio'

Days of Hate est un duo brésilien qui nous vient tout droit de Sao Paulo, existe depuis 2012 et a déjà 6 enregistrements (dont un split avec Sete Star Sept), à une cadence de un par an. Et donc, ici, on a celui de 2018. Alors, les mateurs de thrash à la Sepultura ou les fans de samba, c'est mort pour vous. Juste deux chiffres qui vous indiquerons vers quoi tendre: 10 titres, environ 1'50''. Et oui.
Cette démo est clairement pour les fans de grind bien vénère, furieux et foutrement abrasif, presque même un grindnoise qui m'évoque Anal Cunt.
Les titres sont expéditifs, sans concessions, sans parties mortes et s'enchaînent non stop jusqu'à la fin de la démo. En dégageant même un coté presque dansant, assez étonnants. C'est bougrement efficace, super furieux et un excellent exutoire que je vous recommande de suivre!


Leo X Gerard 'Below the absolute zero'

On change de pays avec ce duo qui nous vient de la ville d'Epinal. Cette fois, on a une démo de 5 titres avec 4 titres en bonus, issus d'un split (4 ways to anal porn and shemale POV). Alors, comment dire... oubliez ce que vous avez entendu, eux sont loin de tout ça et très à part. Mixant grind, porngrind, hardcore, deathcore, rock alternatif, cybergrind... ils définissent leur musique comme du shitcore. Pourquoi pas. Mais bon, perso, je ne trouve pas que ça colle car honnêtement, même si ça part dans tous les sens, il n'y a rien de merdique là dedans. C'est très accrocheur, avec des titres foutrement complexes parfois, se baladant du brutal death (surtout via la voix) au cybergore, avec des incartades slam death ou hardcore, le tout imbriqué dans des morceaux concis mais bourrés d'efficacité.
Le son me plait bien, quelque part entre un son raw et une recherche d'avoir quelque chose de vraiment audible. C'est complètement azimuté, totalement pété du bulbe et ça dégage une bonne humeur certaine. Ils évoluent clairement dans leur monde, mais en le rendant accessible et que bordel, il a l'air cool. C'est un skeud à mille lieues de tous repères habituels mais qui accroche vraiment et ne lâche pas un instant l'attention, de par leur méthode musicale atypique, même lorsque ça part vers un rock alternatif qui reste cohérent avec le reste et où Bernard Têtede fait la démonstration que le gars sait gérer son chant et sait chanter ('Myka the dead teddy bear'). Là aussi, je recommande aux aficionados de l'extrême!

Bizarre Ejaculation / VxPxAxAxWxAxMxC / Cannibe / Wombstomp

2015 Inhuman homicide records - CD Avec Inhuma Homicide Records

Amis de la poésie, de la douceur et de la bien-séance, voici le split qu'il vous faut.Ceci est un petit condensé de groupe axé goregrind ou porngrind ou même d'un mélange des deux.
Commençons par Bizarre Ejaculation (et là, ce groupe ne détient pas le nom le plus dérangé...) avec une intro à la richard Clayderman sous acide. Le duo (car oui, ils sont deux sur ça) nous délivre un goregrind assez lent (au regard des standards de vitesse du genre) avec de violentes fulgurations inopinées et dirais-je, soudaine. Le chant est assez proche de ce propose Tumour, en moins lavabo. Peut être remarquerons nous une batterie programmée qui se ressemble un peu sur les titres, histoire de chipoter un peu, car ces derniers, au nombre de 6, sont quand même différents les uns des autres.
Vaginal Penetration Of An Amelus With A Musty Carrot (hop, le gagnant du nom tordu et poétique!!!) enchaîne derrière, avec 6 titres, dépassant tous les deux minutes (et même flirtant avec les trois, de la folie je vous dis!) avec là aussi un goregrind plus rapide. Le trio ne verse pas dans la délicatesse et propulse ces titres, avec une batterie programmée plus aboutie que celle de BE et sonnant plus diversifié. Le chant est tout aussi dégueux mais avec un coté live dans les titres car il s'agit de titres issus d'un live au Petrogrind festival 2011 à Saint Petersbourg. Le son est clairement bon d'ailleurs! Les guitares sont super abrasives et leur goregrind fait bien mouche!
Cannibe est le troisième à prendre la suite. Et là, on change de catégorie, avec ce duo italien que j'apprécie énormément. Leur goregrind est vraiment furieux, teinté d'éléments brutal death. Les 7 titres et l'intro sont concis (maximum 1'41''). Après une intro tiré d'un film, les titres déboulent directement. Et on retrouve ce qui fait Cannibe: une brutalité efficace, un chant entre goregrind et brutal death et des titres qui sont supersoniques mais assez structurés, dans un univers peuplé de films gore, de zombies et de pratiques culturelles comme le cannibalisme. Bref, c'est la fête ici! Et nous offre en bonus une reprise de Nasum, 'Red tape suckers', montrant qu'ils ne sont pas fermés non plus.
Wombstomp ferme le split. Il s'agit d'un one man band allemand mélant gore et porno dans un goregrind assez lent mais aux 4 titres longs, dégageant des structures clairement abouties où le gars joue de tous les instruments (et donc on a une vraie batterie). Alors, oui, les titres sont assez lents mais ils dégagent une lourdeur très intéressante, apportant une touche d'originalité bienvenu. Même si le rythme est assez lent, quelques moments plus rapides viennent délayer l'ensemble, apportant une peu de sang neuf (hahahahaha!). Le chant est très glaireux, à la fois guttural et presque slammé, avec des paroles. On regrettera peut être là aussi une certaine uniformité dans les titres, ce qui n'enlève rien à l'efficacité qu'arrive à dégager Wombstomp qui a quand même un son très correct!
Un split sympa, permettant de découvrir pour ma part 3 projets inconnu de mon coté dont un qui me botte plus que les deux autres (peut être grâce au live justement...).