dimanche 22 juillet 2018

LAST SIGH 'Beneth the flesh, rotten'

2011 LAST SIGH - CD


Le Brésil et son folklore local... last Sigh nous vient de là-bas, avec cet unique album après une démo en 2007, le groupe ayant splité en 2013. Tristesse et kleenex.
Cet unique album est assez percutant, offrant un hardcore teinté de death mélodique (mais rassurez-vous, le hardcore domine et dans une forme assez piquante, pour ne pas dire brutale). Et l'album est foutrement intéressant, avec une structure assez particulière.
L'album se découpe en trois parties distinctes, évoquant des états de conscience / biologique.
La phase de l'éveil, 'Awaken', comprend quatre titres explorant ce mélange musical par le prisme d'un hardcore dominant. L'impression d'une préparation à quelque chose de plus dur est présente, renforcé par les titres y allant crescendo vers une sphère plus cruelle. Il y a une analyse nette qui est faite, concise et brutale, renforcé par le son très caractéristique où les basses sont mises en avant.
La seconde partie, 'Hearken' prend une voie où le death se mêle plus au hardcore, avec trois titres qui ont une approche résolument différentes de la partie précédente. Même si le hardcore est toujours présent, une dominante death s'élève, forçant à écouter quelque chose qui n'est peut être pas si agréable que ça à entendre, même si un humour s'immisce brièvement ('One day as Gary Coleman'). Le combat est le même: il est prévu que ça va chier ou partir en couille. Et cette idée est celle qui est confirmée dans la dernière partie.
'Perish' est ses quatre titres clôturent le disque. Le death est plus en retrait, au profit d'un hardcore plus brutal, distillant des breaks brutaux très douloureux aux cervicales. La tonalité des ces titres diffère un peu des 7 précédents, amenant l'auditeur au fait que, bah oui, c'est foutu et qu'il faut l'accepter. Et ce n'est pas gai du tout car l'ambiance des titres, dans leur essence est très death. On est fragile, on est rien puis oublié. On est à la fois loin et près du death dans les thèmes, suivant l'angle choisi.
La voix est très typée hardcore. Agressive, elle ne quitte pas un seul instant ce style, laissant la musique être le lien entre les deux styles dominant. Et qui nous offre un putain de disque, sous forme d'une réflexion hardcore/death percutante. Dommage que le groupe ne soit plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire