jeudi 26 juillet 2018

BLACK ANGEL 'Black angel'

2011 Witchcraft Records - CD (réédition des cassettes démos)

Formé en 1993, ce groupe péruvien originellement, basé maintenant du coté du Brésil, avec une discographie longue comme une diarrhée de tourista (plus de 60 productions...), a lors de différentes époques, sorti des démos dont trois sont ici regroupées: celle de Corpus (2000), celle d'Occult eternal mystery (2002) et celle d'Excelso black arts (2005).
Bon, avec tous ces éléments (pochettes, titres...), vous devez bien vous doutez que Black Angel joue du... celui qui a dit heavy metal sort... du black metal, mais dans la catégorie énervé et malsain. Ce qui pourrait être cool en soi, genre cool mais super evil, black oblige. Mais il y a un truc qui coince un temps soit peu.
Les titres étant issus de démos ont un son certes point mauvais mais avec un petit souci, quelque chose qui est un peu chiant à la longue: le mixage des voix. Tous les instruments sont en premier plan, alors que les voix sont loin derrière. Sur un système audio bof ça passe mais beaucoup moins si celui-ci à une belle qualité sonore. A moins que le type ne chante loin du micro, ce qui pourrait être une explication. Complètement conne, mais une explication quand même.
Les guitares n'ont pas un son terribles mais à l'origine, ces démos étaient des cassettes et il y a pire qui existe, bien pire.
Leur black est rapide, très rapide et n'est pas vraiment trop recherche, privilégiant quand même la brutalité et la vitesse aux atmosphères (certains passages sont lents et très macabres), parce que, sûrement, ils ont décidé que ça devait buter. La batteur est donc généralement branché sur une prise électrique, alternant rythmes rapides et rythmes excités.
Mais parfois, le son devient franchement inquiétant sur certaines pistes, comme sur Apocalypse war II. Pas inquiétant pour un coté flippant, angoissant, inquiétant au niveau de la qualité sonore, le son devenant tellement pourri que l'on en vient à se demander si l'ingénieur/copain d'enregistrement/professionnel amateur n'était pas sourd. Ou bourré. En plus d'enregistrer dans les chiottes. Et ça devient dommage, car il y a quand même du potentiel intéressant mais c'en est frustrant, car ce coté pourri prend le dessus (et le chanteur faisait ses vocaux loin du micro, la tête dans la cuvette des chiottes...). Et ce son mauvais (même dégueulasse, soyons fous!) est concentré sur la démo Occult eternal mystery.
Et oui, car la troisième démo, Excelso black arts, offre un son nettement meilleure, plus que la première d'ailleurs,avec un meilleur équilibrage vocaux/musique, ainsi qu'un pas de géant dans la qualité sonore. Il y a un petit coté son live très sobre qui permet de pouvoir profiter vraiment de ce que propose le groupe et de mesurer, outre son potentiel, l'évolution du groupe sur ces 3 démos et ces cinq ans. Même si le groupe reste vraiment dans une veine brutale et rapide, il prend le temps d'amener des passages plus lents, très percutants, donnant de la densité, un peu absente dans les deux premières démos compilées. Mais cela nous donne aussi une vision d'un groupe qui tient une façon de faire mais qui n'hésite pas à évoluer. Et cette évolution marqué avec Excelso black arts est foutrement intéressante, si le groupe l'a suivi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire