mardi 27 mars 2018

THE LUMP 'Pimple popper'

2017 THE LUMP - Ep

Haaaaaa, la Bretagne, sa mer, ses plages, Rennes et sa rue de la soif (Saint Michel) et... Et ça: The Lump. Un combo de slam death au chant bien guttural formé en 2015 et qui nous balance un premier Ep de malades mentaux (oui, parce qu'ils sont quand même 5 dedans...). 4 titres dont un faux qui est en fait une intro pour nous ouvrir les portes de leur monde assez dégueux, il faut bien le reconnaître.
Ici point de death ultra rapide mais plutôt posé où la violence se concentre dans le chant, ultra guttural et un rythme assez tranquille mais lancinant, un peu comme si une migraine persistait quinze jours avec une douleur au pied dû à un piège à loup, jeté innocemment juste avant le pas...
Même si le rythme est tranquille, le groupe n'en joue pas moins la hargne par une certaine lourdeur et un son assez caractéristique qui n'est pas sans évoquer les groupes découlant de Mortician (même si le son est là moins gras mais le lien semble présent) et de la scène gore d'alors.
Ok, c'est peut-être lent mais non sans une dextérité certaine, avec des titres assez longs quand même (entre 4 et 6 minutes) qui permettent d’aménager quelques fulgurances excitées. Mais cette lenteur, qui installe une certaine lourdeur est essentielle à l'esprit gravé sur la rondelle.
C'est poétique, à sa façon et ça regorge quand même d'intérêts, assez loin de ce qui se fait plus habituellement (du moins pour ceux qui fréquentent un death plus accessible). Car ici, mine de rien, on a un hommage en règle à la scène gore et death underground avec des titres joyeux et profonds, comme, au hasard, 'Pus in pussy'.
Le chant est très sympa, entre le guttural et l'éructé. Très profond (le chanteur doit avoir une gorge abyssale...), celui marque son empreinte dans la musique, lui donnant une part de son identité. Et l'ensemble fait mouche, en ce qui me concerne (puisque ça me renvoie directe à moult disque de ma discothèques). Très bonne découverte que je conseille aux aficionados de l'extrême.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire