jeudi 15 février 2018

Necrotero /Subterfugio/Distraught/Impending anomalies 'Sublime sounds of agression and brutality 4 way split'

2015 Total noise records - CD

Un beau split de voyage que voici! 4 groupes, du brutal mais 4 visions différentes, le tout de l'Amérique du Sud. On commence par Necrotero qui nous vient du Brésil  avec trois titres au son massif, bien brutaux, quelque part en Krisiun et les vieux Sepultura. Bien qu'ils apprécient la violence et la rapidité, ils distillent quelques passages en rupture total avec le reste, pour mieux reconcentrer le retour de la brutalité à leur suite. La voix est assez particulière mais point dégueux et le groupe assure avec ses titres très percutants.
Enchaîne ensuite Subterfuigio, groupe Bolivien de brutal death, lui aussi aimant la vitesse mais injectant des éléments venant du hardcore dans les jeux de guitares. Dextérité et vélocité ne sont pas opposés à des tempos plus calmes, donnant une épaisseur à leur morceaux, même si le batteur se branche parfois en mode épilepsie. Le groupe ne fait pas non plus dans la dentelle, pour notre plus grand bonheur auditif, non sans une certaine mélodie loin d'être désagréable.
Distraught change la donne, en même temps que le pays. Direction l'Argentine et ses argentins. Le groupe nous offre 4 titres dont une intro, plus longue que les morceaux eux-même (2' contre des titres d'une minute!!). Place à la barbarie au son cru! Grindcore is the way! Après l'intro qui brosse ce qui nous attend, les trois défilent de façon supersonique, ultra brutal, dans une veine porngore grind, au son de garage. Les vocaux valent le détour, ultra gore, le type hésitant, en même temps entre l'ingurgitation et la régurgitation. Brutal et gore, pied au plancher!
Impending anomalies ( groupe éphémère qui a duré deux ans, avec ce split et deux démos...) ferme le split, avec un premier titre de 7'36''. Hein? De quoi? Du progressif? Après une intro sur le morceau très malsaine (si, franchement!), le morceau finit par démarrer vraiment au alentour des deux minutes. Et c'est un putain de rouleau compresseur de brutal death. Mais pas tout le temps! Car le morceau est très riche en structures, parfois assez déconcertantes et on se demande par instant où voulait nous mener le groupe. Les deux autres titres sont dans la même lignée, ayant cette caractéristique des structures assez étranges mais qui le font. La voix est certainement la vraie voix de Shrek car on a affaire à une voix d'ogre. Dommage que ce groupe ne soit que passé car le dernier titre est issu d'un live et donne vraiment envie d'en découdre!
Un split qui ouvre une fenêtre sur des groupes pas manchots et intéressants, à noter dans un coin de sa tête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire