dimanche 22 octobre 2017

WOLF REPORT : BLAZING WAR MACHINE

CHAOS NUCLÉAIRE






C'est en 2006 que Blazing War Machine incorpora la scène du métal extrême, armés de leur métal symphonique et industriel, passant de Deathstars à Fear Factory et de Rammstein jusqu'à Dimmu Borgir. Durant leurs voyages à travers l'Europe, le groupe a semé le chaos aux côtés de comparses destructeurs comme Arch Enemy, Debauchery, ETHS, Abigail, Gojira, etc... Et en 208, le groupe montra une belle prouesse de l'extrême sur la scène mythique du Hellfest, conquérant le coeur de nombreux métalleux présents à ce festival. Cette fois-ci, ils sont revenus pour faire valser la scène montpelliéraine, plus précisément à  l'Antirouille et c'est sans hésitation que je m'y suis rendu pour y délivrer un live report personnel sur mes gros coups de coeur de leur set list infernale. Petit big up personnel avant de commencer, je peux vous assurer que tous les membres du groupe sont des crèmes, j'ai pu discuter avec eux et quel plaisir ce fut, un grand merci tout particulier et personnel également à Irina (chant), Izakar (guitares et choeur) et Franky (batterie), vous gérez les amis, you rock my friends, thank you so much for everything !

Lorsque l'intro DESTRUCTION PROCESS 2.0 commence, la couleur est annoncée : l'ambiance est sombre, glauque avec une sensation de chaos imminent, plaisant à souhait tout cela. Puis ça commence avec RIGOR MORTIS, premier coup de coeur de ce début de concert, où les membres montrent bien leurs marques ! En particulier le légendaire batteur Franky Costanza : il frappe ses toms avec un talent naturel et si puissant que s'en est dévastateur, sa rage et sa hargne de vouloir faire vriller nos âmes se manifeste à merveille à travers ses enchaînements de blasts infernaux, accompagnés des riffs bourrins et rythmiques de Fab à la guitare, ce dernier maîtrisant son manche comme l'on manipule une buster sword, du grand art ! 

S'enchaînent alors ensuite NATURE OF WAR et POLARITY sur lesquelles je suis tombé sous le charme du chant de Irina, véritable maîtresse de cérémonie.. Qui a dit qu'une fille ne pouvait pas faire de métal ? Allez vous faire foutre ! Belle et sans pitié, Irina nous délivre un chant guttural mixé avec un growl brutal qui fait asseoir le diable pour qu'il prenne des notes, une prestance absolument inégalée comme je n'en n'avais jamais vu et je vois dans ses yeux qu'elle est la même à qui j'ai parlé avant le concert mais avec une touche de Hel, déesse nordique de la mort et de la destruction ! Puis deux roquettes nous arrivent en pleine gueule, MANU MILITARY et GUIDED, avant la prochaine plaie.

Cette plaie, c'est ce cher Izakar, guitariste et choeur, qui nous l'annonce et je l'attendais avec impatience : LIQUID CHAOS. Ce morceau fut pour moi la pièce-maîtresse de ce concert, Izakar manipule sa guitare et son chant comme un Space Marine tronçonnant avec rage et haine un monstre, c'est un colosse à lui seul sur ce morceau et rien n'arrête non plus son coéquipier Adam qui groove de façon ultra-bourrine sa basse, faisant trembler les murs de la salle !

Sur les deux derniers morceaux de la fin, CHARMING FACE et SWAMP, Phil montre davantage sa place au sein du groupe et y laisse sa marque : son doigté du clavier fait qu'il est le maître absolu de l'ambiance sombre et chaotique qui règne dans la musique de Blazing War Machine, il est l'âme et du groupe pour moi car les sons émanant de son clavier de l'enfer nous rappelle Mustis de Dimmu Borgir, j'ai l'impression que j'ai trouvé le successeur de dernier. Durant tout le concert, c'est Phil qui a su maintenir l'atmosphère lourde et pesante du concert avec l'aide de ses frères et soeur d'armes !

Le concert se termine, c'est avec émotion et joie intense que je remercie le groupe pour ce concert magnifique, et lorsque je vois Irina je ne peux m'empêcher de la serrer dans mes bras, tellement son chant m'a comblé et c'est avec surprise et bien plus d'émotion que je vois qu'elle m'accueille à bras ouvert, heureuse de voir que le concert m'a énormément plu ! J'ai été au concert d'un groupe où chaque membre est très chaleureux et patient, toujours de bonne humeur et qui ose se mêler au public. Je les admire à la fois pour leur musique et pour cet état d'esprit que beaucoup de groupes prenant le melon semblent oublier aujourd'hui : l'ouverture d'esprit

See you in hell ! 


T H O R W A L D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire