dimanche 6 août 2017

VIDEOTOPSIE n°19

Sortie en mai 2017



Un peu de lecture maintenant! Cela fout fera du bien et vous cultivera dans un domaine très pointu, que David Didelot gère totalement et en est un érudit!
Concrètement, ce zine est une mine d'infos sur le cinéma de genre, axé années 60/70, bis, avec la culture autour et un coté musicale qui varie du hardrock au thrash*, selon les numéros.
Et c'est vraiment une masse à lire, préparez vous à un long périple culturel à chaque fois, celui-ci ne faisant pas exception.
Que ce soit les entretiens ou les dossiers, chaque élément est fouillé, très pointu, regorgeant d'informations et de d'anecdotes directement avec les intervenants des œuvres autopsiées. Car c'est exactement cela le concept de ce zine: une autopsie complète d'une oeuvre. 
Et on retrouve cet esprit érudit jusque dans les reviews de films, allant explorer les détails qui apportent un éclairage et une connaissance pointu de l'oeuvre éviscérée en détail.
Les 154 pages qui composent ce numéro sont vraiment travaillées, que ce soit du coté informations mais aussi dans la composition ou la mise en page, en plus d'un papier de qualité. L'équipe qui apporte son aide à David est aussi composée de gens de savoir.
Et quand on lit les numéros, on prend la mesure de l'ampleur du travail nécessaire pour offrir un tel fanzine, qui est dans ce domaine une référence.
ici, le gros des sujets concernent un retour sur la série des Amityville mais en explorant, outre les suites, les liens et autres qui jalonne à la fois la série mais aussi les films exploitant le filon. un dossier sur Frank de Felita, explorant son oeuvre et des liens autour, une interview de Bernard Rose, aux questions pertinentes et là encore, fouillées, amenant ainsi des réponses très riches, celle avec Alan Perez, un dossier sur Necrophagia (excusez du peu!), des reviews en pagaille de films dont certains me sont inconnu (et du coup, faut les traquer), les livres à lire (autour de la thématique du fanzine...). Oui, c'est très dense. Mais ce n'est pas chiant non plus. Les différents intervenants (des rédacteurs aux interviewés, en passant par les explorateurs du genre) ayant un angle de vue évitant de ce faire chier, parfois avec un brin d'humour ici et là, offrant une impression de décontraction éducative.
Et c'est là aussi un des secrets de ce fanzine! Sans doute même une partie de son Essence, ce partage d'un savoir et d'une passion intacte, cet amour d'un univers cinématographique boudé souvent par les grands médias, relégué au rang de sous-culture alors que non,c'est clairement une Culture mais étant d'un angle différent du point de vue du 'grand publique' et bien, ça gêne.
Si il y a bien un zine pour en apprendre sur le cinéma bis, c'est clairement celui-ci, offrant un Himalaya de savoir, avec les 18 autres numéros, dont certains reviennent au besoin finir l'exploration de thème (blackploitation et autre).
C'est clairement un travail de fou, chronophage et méticuleux mais putain, quel travail: c'est vraiment pointu sans être barbant, écrit sans prise de tête. Là où c'est hélas triste, ce numéro sera sans doute l'un des derniers de David mais qui semble préparer un chant du cygne qui sera plus un festival des feux d'artifices. Merci David!

* et sûr qu'il y a d'autres genres aussi...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire