dimanche 2 juillet 2017

TREPANATOR

Une fois Deep Vein sclérosé (hahahahaha, humour médical) est venu le temps de Trepanator qui nous a offert déjà une démo ici même (http://margothpdf.blogspot.com/2016/11/trepanator-mutant-birth.html). Et il germa dans ma tête, bien content de cette démo qui poutre d'en savoir plus et de partager les sages paroles de Trepanator. Et donc, voici pour vous l'interview ici même, bien dense et sans photo car il y a bien de la lecture! Merci à Trepanator!


1- Bonjour à vous ! Comment allez-vous en ce guilleret moi de février qui va mourir et précéder un mois de mars douteux ? Bon, commençons de façon factuelle : contez nous la grande histoire de Trepanator, celle pleine de bruits et de fureur !

G : Salut à toi ! Ben ça va bien, on a bien traîné pour répondre, du coup on est fin juin, mais juillet s'annonce peut être tout aussi douteux, voir pas du tout. On a formé Trepanator avec Cyril (le batteur) quand Deep Vein a cessé d'être, en 2012 si je raconte pas de conneries, histoire de continuer à faire du death metal. On a pas mal passé de temps à jouer d'abord à 2, puis on a été rejoint par Wortan (guitare, ex-Angmar, Mantras, Abducius), ensuite par son frangin Ogmor (basse, Bottle Doom Lazy Band, Mantras, Abdicius) et finalement par Steph (chant, Iris Somnium). Niveau enregistrements on a sorti un EP autoproduit « Mutant Birth », qu'on peut trouver via notre bandcamp, un split qui devait sortir prochainement avec les copains de Fall Of Seraph (death metal, Chevanceaux) et on bosse sur un album.

2- Parlons du mystère entourant le nom du groupe. Trepanator. C’est quand même fort de choisir un nom, qui dans l’acte fait bien death mais rappelle pourtant la période thrash de groupes en ‘Or’, comme Profanator, Megazetor, Annihilator, Kreator, Agressor… Est-ce voulu ? Est-ce un clin d’oeil mais quand même, vous jouez du violent ? Est un accident, sorti lors d’une soirée scrabble arrosé de banga et que vous trouviez que ça sonnait bien ? Pas du tout ça ? Un peu de tout ça ?

G : C'est en effet fort mystérieux. Oui c'est en partie un clin d'oeil à toute la plétore de groupes de thrash en -or (il y a d'ailleurs un groupe de thrash brésilien qui s'appelle Trepanator). Pour respecter le protocole on aurait du s'appeler Trepanation, mais bon. C'est aussi un clin d'oeil à un nanard de Norbert Moutier, avec des acteurs à l'accent marseillais qui sont censés être ricain, ça vaut le coup d'y jeter un ou deux yeux!

3a- Votre death est très ciselé, un peu comme de l’ail (clin d’oeil aux cuisiniers qui liront peut être – ou pas), alternant des passages sacrément rapides avec d’autres nettement plus posés, aux solos plein de tendres sensibilité. Aviez-vous l’idée de faire ainsi ou est-ce venu naturellement, du fait de vos connaissances approfondi du 5è mouvement de la quatrième partie de la symphonie presque achevée de Strading Vladinisk ?
3b- Plus sérieusement ?
3c- Mutant birth, votre Ep, est-il là pour fêter et montrer la naissance d’un mutant musical et que ça va chier? Juste pour montrer que maintenant ça suffit et ça va chier ? Est issu d’une longue démarche de réflexion intérieure et de montrer que putain, ça va chier ?
3d- Comment définiriez-vous ce que vous jouer (genre un nom qui claque. Ben oui, death c’est tellement lambda…) ?

G :
a) Absolument !
b) Difficile de répondre à ça, en gros la composition dans Trepanator fonctionne comme ça : j'écris les riffs de gratte et les 2èmes grattes que je verrais bien, soit seuls soit par « groupe » de riffs, une fois une ébauche de morceau faite je fais écouter à Cyril, on vire les riffs un peu nazes, du coup en rajoute d'autres et on refait une structure. Ensuite Wortan ajoute des harmonies, Ogmor fait sa basse et on rajoute le chant en dernier. Au final ça peut donner des morceaux qui alternent parties lentes et rapides. C'est pas vraiment une volonté de casser le rythme ou d'alterner en permanence, c'est juste le résultat du processus de composition, si on a mis une partie rapide à tel endroit c'est qu'on trouvait que c'était trop mou du cul sans, en gros.
c) oui
d) Pour nous on fait du death metal, je pense que ça correspond bien.

4- Y’a t-il des fans de fantasy dans le groupe ou du Seigneur de anneaux ? Hein ? Gran ? Ogmor ? Quels sont les origines du choix de ces bien mystérieux et intrigants pseudonymes ?

G : Ce sont malheureusement nos réels prénoms.
W: On parlera de la misère social que ça engendre dans une prochaine interview si tu veux !

5- Quel est le mot caché derrière les picots qui tiennent le CD ? Pour le lire, il faut péter ces putains de picots de merde et je n’ai pas envie. Et d’après mes recherches doctorales et un large sondage auprès d’un échantillonnage représentatif de la population de 1 personne, la frustration étant à son comble, pouvez-vous révéler ce secret ?

G : Si tu regardes bien, tu vas trouver tout seul.

W: Indice, ça figure déjà ailleurs sur la pochette.

C : Indice : il y a un rapport avec Erik von Däniken,

6- Je pense que les paroles parlent de choses comme la bienséance dans une soirée mondaine lors d’un gigantesque gangbang ou comment découper proprement avec la fourchette et le couteau adéquates sa victime. En fait, non. Je suis sûr que vous avez mieux en paroles. Plus sérieusement, qu’abordez-vous dans les paroles et qui est donc ce Bottleben (un gars bien… il y a Ben dedans…) ? Ne seriez-vous pas en fait qu’une bande de potes un peu dégueux dans leur conversation et qui on l’envie de partager ces conversations ?

G : Pour être honnête je ne sais pas de quoi parlent les paroles, je vais laisser les autres répondre. Bottleben c'est le chanteur de The Bottle Doom Lazy Band, il a écrit certains de nos textes.

W: On est bien une bande de potes un peux dégueux, mais pas dans nos conversations.

C : Bben c'est un vieux poteau, on échangeait déjà des textes entre Deep Vein et TBDLBand à l'époque.... Les paroles traitent du chaos, de mort, d’altération de la réalité, du nihilisme vu par le prisme déformant de la transsubstantiation, de tranches de vie, de points de vues anti-religieux et anarcho-libertariens....rien de très original.

7- Que pensent vos proches de Trepanator ? Un soutien indéniable ? Une phobie du groupe ? Un soutien certain mais ils ne comprennent pas les tenants de l’aboutissant ?

C : Ils nous soutiennent du fond du cœur.

W : Ma mamie aime bien, ça me suffit.

G : Nos proches adorent tous Trepanator.

8- Que faites-vous à coté du groupe ? D’autres projets ? Des métiers fascinants (comme déboulonneur de panzer, chauffagiste en fluide glacial…) ? Pas trop compliqué de pouvoir assembler le tout ?

G : On a tous d'autres groupes en parallèle, Cyril et moi jouont aussi dans The Last Tomb (thrash), Cyril joue aussi dans Rotten (death old school) Ogmor et Wortan jouent ensemble dans Mantras (stoner psyché) et Abducius (black metal), Ogmor dans The Bottle Doom Lazy Band (doom) et Valuatir (Black metal à tendance Pagan, mais Pagan véner, pas Pagan musette) et moi dans Klootzak (heavy/thrash).
W: En plus de la Zic, je brasse de la bière avec mon frère (Ogmor), c'est bien raccord avec le metal.

C : C'est effectivement un peu compliqué à concilier, il s'agit ici de conserver de la détermination et une sorte de résilience afin d'assouvir une passion encrée profondément. C'est d'autant plus dur et irrémédiable avec les années.

9- Quels sont vos goûts musicaux, littéraires et cinématographiques ? Se reflètent-ils dans Trepanator ? L’un de vous a-t-il des goûts honteux que les autres vont vite balancer, un peu comme dans la presse people mais qu’au fond, c’est pas honteux car c’est très pointu et dénote d’un certain élitisme peu accessible au commun des mortels ? Ou c’est juste pour m’embrouiller, avec mes questions que même le journal Le Monde m’envie (mais pas les inrocks, qui ne captent rien...)?

G: La mort, on aime tout ce qui est la mort mec. Sinon j'écoute principalement du metal, j'aime beaucoup des groupes comme Coroner, Death, Vektor, Martyr, avec des gratteux qui arrachent bien ou sinon des trucs un peu plus posés. Je suis pas sûr que tout ça se reflète dans Trepanator.

W: Pour ma part, j'aime tout ce qui est bien. Donc toute une chié de groupe dans un paquet de style, Black, death, thrash, post rock, classique, rap, trip hop, electro, jazz, stoner, blues...

10- Que pensez-vous de la Seine ? Elle est craspec, hein ? Vous ne voyez pas le rapport, hein ? Et quels regards ou sentiments avez-vous sur la scène métal (on va se cantonner sur l’underground foisonnant) ? Et que pensez-vous de la mentalité qui est apparu dans le public (cette sorte de dédain des groupes pas connus ou le snobisme des premières parties, le mépris et les idées de merde qui se développent…) ? N’est-elle pas une aberration par rapport à ce qu’est censé représenter le métal ? Comment voyez-vous l’évolution de celle-ci ?

G: Je ne sais pas, je ne connais pas assez la Seine, on est de Poitiers, nous c'est le Clain. Pour la scène métal, on s'en fout, on joue partout qu'elle soit en bois, métal ou plastique peu importe, même sur la terre. Sinon je ne sais pas ce qui est censé représenter le métal, sûrement un marteau et une enclume, non ? Autrement on a la chance d'avoir une scène locale qui se bouge bien le cul, avec des gars comme Hilde son asso Anthems Of Steel qui organisent de bons concerts underground à Bressuire et à Poitiers, sinon je vais avoir du mal à te donner un avis sur le reste de la scène française, vu que je la connais pas très bien, on est loin d'avoir joué partout en France, pour l'instant on a généralement été assez bien accueillis, malgré quelques plan bien moisis...

C : Entre les groupes modernes sans âme et un mouvement rétro métal pas tout le temps bien inspiré on est pas gâtés. Il y a eu et il y a encore de très bon groupes, rares, à mon avis, dans l'UG français, mais la plupart passent à la trappe ou tombent dans l'oubli (Carmina, Affliction Gate, Mercyless, Massacra ….) et c'est peut être aussi bien comme ça …. Internet et l'enregistrement numérique avec les outils informatiques arrangent rien à l'affaire. Tout un tas de blaireaux te sortent des galettes surproduites, avec une batterie recalée, des riffs copiés collés, un son de bulldozer en plastique... tout en se faisant encenser par des webzines tenus par des trous du cul ego-centrés en mal de reconnaissance, et possédant une culture métal douteuse. Suffit de s'bouger aux concerts en France et à l’étranger et de fouiller les distros adéquates (ce que je fait depuis un bail...) pour se faire une idée. A mon sens c'est un peu similaire en Espagne et en Italie, tandis qu'à l'est et au nord c'est bien plus riche et inscrit dans la culture des différents pays. La scène d’Améique du sud est mortelle aussi (Escarnium etc...), on fait bien pale figure en face......, en Turquie y'a du bon death aussi avec des groupes comme Engulfed ou Burial Invocation par exemple....Enfin y'a la scène ricaine qui continue à produire de bon trucs, Morfin, Rude, Scorched etc....

11- Quels sont vos projets et les espoirs que vous portez pour 2017 ? Des dates ? Un album qui cartonne, vous ramassez des millions et prenez une retraite bien méritée ? Tourner, poutrer un max et vous faire plaisir en jouant pour le plaisir des amateurs avertis ?

G: On espère pouvoir ouvrir un salon de massage thaïlandais ou un magasin pour vendre des accessoires de tuning, un truc classe, qu'a la cotte tu vois. Pour les dates... On ouvrira sûrement cet hiver car il fait trop chaud sinon et on a pas de local encore.

C : Rien à branler de la thune, on est pas du style ambitieux carriéristes comme on en rencontre d'ailleurs de plus en plus, ça fait plus de 20 ans que je joue donc pour moi, tant que ça continue comme ça, c'est bien....répéter, sortir un album après le split, trouver quelques dates, continuer à organiser quelques concert, boire des bières ….. amen.

12- Merci à vous d’avoir pris le temps de répondre à mes questions qui, quelque fois, ont pu légèrement tordues. Le dernier mot est à vous !

G: D'accord !

C : Pour le moins atypiques.....merci à toi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire