samedi 18 mars 2017

TAGADA JONES 'La peste et le choléra'

ENRAGE PRODUCTION 2017 - CD digipack


Le nouveau Tagada est arrivé. C'est du youpi ça, non? Je ne sais pas pour toi qui lit (ou toi ou encore toi, oui toi là!) mais moi, c'est un groupe que j'aime beaucoup. Donc j'attendais beaucoup un nouvel album (et j'essaierai de faire une interview aussi). Le précédent allait dans le direct. Celui est différent dans l'approche et la tonalité qu'il dégage. Pas de crainte à avoir, c'est un excellent album que nous servent les bretons.
L'approche est nettement plus sombre, avec une approche musicale qui se teinte de metal mais sans renier le punkcore qui les caractérise. Là où les précédents offraient d'entrée de jeu des hymnes mémorisables en une écoute par une approche percutante et assez violente, celui-ci, sans renier la violence (dire que l'album est mou serait pure ineptie) prend le temps avec les titres qui sont plus longs, plus structurés mais toujours avec les textes engagés et très incisifs, vraiment jouissif.
Le groupe, comme beaucoup, a été marqué par les attentats, comme le prouve le premier titre, On retrouve toujours ce qui fait l'essence de Tagada: les chœurs, les hymnes mais d'une façon plus subtile et affinée, sans doute liés aux événements évoqués dans l'album.
Le groupe, comme beaucoup, a été marqué par les attentats, comme le prouve le premier titre, Vendredi 13, très sombre et assez sobre, offrant à la fois un exutoire et un hommage aux victimes.
Avec cet album, on est plus dans le constat observatoire, au lieu du ressenti direct. Et le groupe reste fidèle à ses idées et opinions, pissant sur le racisme quelque soit sa forme (La peste et le choléraJe suis démocratie...) et met le doigt là où c'est franchement merdique (bon, plus le pied au cul en fait).
Et malgré ce que je disais de l'approche différente et des titres plus longs, on est rapidement surpris à se retrouver au sixième titre (malgré des durée oscillant en 3'30 et 4'10) qui marque une sorte de break avec les premiers titres en offrant un premier hymne pur et dur, bien punk dans l'esprit, foutant la banane, malgré toujours ce constat posé. Oui, Mort aux cons est un titre qui carbure, ouvrant la voix aux autres titres à l'approche musicale moins sombres, plus festives, dans ce que l'on a l'habitude avec Tagada.
Suit un titre assez rouleau compresseur, offrant un défouloir sur le disque. Le monde tourne à l'envers est rapide, énervé et colère. Pas de temps mort avec ce titre, il va à l'essentiel tout en prenant le temps de se déployer sur 4 minutes.
Enfant des rues offre un peu la même approche, avec une rythmique béton, limite martiale, qui s'avère très critique et qui là encore est fait pour dépoter sévère. et les titres qui suivent sont dans la même lignée mais en ajoutant un peu de l'essence présentes dans les premiers titres. Et tout ça, toute cette hargne, ces constats... se retrouve dans le titre Je suis démocratie qui s'avère être, à sa façon, un hymne à la liberté et à la cohésion, se branlant complètement des différences. On est tous humains.
Alors oui, les textes sont très fouillés, n'en déplaisent à ce qui disent le contraire. Et sont le regard des gens comme vous et moi, avec une mentalité qui disparaît, cette mentalité qui se trouve encore dans le punk ou le metal. Quoi qu'il en soit, Tagada Jones signe encore un coup de maître avec un album très adulte et assez sombre et ce, sans se renier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire