dimanche 26 février 2017

OVERKILL 'The grinding wheel"

2017 Nuclear Blast - CD digipack


Le retour d'Overkill en ce début d'année 2017! Bon, point de mystère à faire les concernant, on a affaire à un album dans la lignée de ce que nous offre le groupe depuis leur début. Du heavy thrash qui n'a à rougir de rien. Alors certes, cet album me parait moins agressive que le précédent 'White devil armory' mais n'en est pas moins efficace.
Les titres sont efficaces, même si la majorité dépasse les 5 minutes, certains étant des titres fleuves, laissant le groupe développer sont savoir faire, avec des titres très catchy et assez vindicatifs. On retrouve ce qui fait qu'Overkill est Overkill, jusque dans la voix de Booby si caractéristique, bien que sur de nombreux passages, il adopte une voix claire plus posée, offrant une variation sur le chant.
Les morceaux apportent aussi des plages plus posées, laissant les mélodies dominer, offrant de la densité et un contraste assez percutant qui renforcent la violence des autres parties.
La chanson titre, The grinding wheel, résume à elle celle ce qu'est l'album: la voix claire qui évoque Bruce Dickinson, en appuie avec le chant habituel à la voix erraillée, les structures très travaillés, aux mélodies cisellées, pouvant ouvrir un passage plus intense, les rythmiques parfois assez martiales... L'essence même de ce qu'est Overkill transpire dans ce titre.
La version digipack se conclue avec un titre bonus, Emrald, qui après un morceau comme The grinding wheel, ferme l'album sur une touche plus posée et concise (étant le titre le plus court de la galette, moins de 4 minutes) et pas le plus marquant non plus, sans qu'il soit mauvais.
Je ne ferais pas une chronique plus longue, car étant un amateur d'Overkill et pour ceux qui connaissent le groupe, la meilleur façon d'en faire une chronique est de faire écouter le groupe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire