lundi 19 décembre 2016

ASHES TO FIRE 'Still wtars'

2016 MUSIC RECORDS - CD digipack


Houlà! Ben tiens, que voici un truc d'énervés et jeunes. Donc oui, ce sont des jeunes énervés. Jeunes car le groupe s'est formé en 2014 et nous offre son premier méfait. Alors, ici tu oublies de suite le death, grind ou autre power-violence. Ici on a affaire à des djent (hahahahaha! Faut vraiment que j'arrête avec mes blagues à deux roubles...). Perso, ces terminologies, je chie un peu dessus (ça leur tient chaud). Le groupe nous balance un metalcore/post hardcore vraiment bien efficace et résolument tournée vers la modernité. N'étant pas un grand fan de ce genre, c'est tout ou rien.
Ce premier Ep de 6 titres regroupe un peu se qui se retrouve dans la scène metalcore. Alors, moi c'est soi ça me fait chier, soit j'accroche. Heureusement, dans ce cas, c'est le type de metalcore qui me parle. Outre une certaine violence maîtrisée, le groupe fait aussi preuve de maîtrise dans les structures ou les éléments qui sont incorporés à leur musique. On retrouve certains éléments propres au hardcore (les chœurs, les guitares saccadées) sans excès ni dans le trop peu ou la saturation.
Ce qui me branche bien, c'est aussi l'utilisation de petits samples de mélodies, certaines enfantines (le début de 'Sara'), mais qui s'avèrent en fait plus matures, le propos du groupe ne me semblant point être bafouilles et enfantillages mais tapant dans une vision foutrement adulte et lucide.
Un autre point qui me plaît beaucoup, c'est le coté massif qui est assez régulier sur cet Ep, une sorte de mur musical très dense mais qui n'est pas omniprésent, laissant la place à de nombreuses trouvailles qui enrichissent leur musique et que si elles étaient absente, on aurait très clairement un truc qui ne m'intéresserait point ou fort peu.
Alors oui, c'est forcément moderne, mais putain, passer d'une ligne assez calme à quelque chose de très hardcore en trois mesures et de façon très naturelle sans que ce soit traumatisant, moi j'aime beaucoup cette approche.
C'est très sautillant aussi et l'ensemble, malgré le coté adulte qui se dégage, s'avère être terriblement efficace pour te coller la banane (ou la pêche, ne soyons pas raciste de fruit). Alors oui, bien évidemment, il y a une certaine agressivité, et putain, elle fait du bien.
Le chant tient une place importante ('ben oui, ce sont des chansons mec' - Humm, alors toi, tu fermes ta gueule) car celui-ci revêt de multiples aspects, n'hésitant pas à briser les codes et être utilisé d'une façon assez peu orthodoxe, mais, hé force du groupe, sans que cela ne soit gênant.
D'un point de vue d'ensemble, les titres sont assez homogènes mais sans être redondants, renfermant assez de personnalités pour être aussi différents qu'un canari d'une autruche (et hop, magnifique image de comparaison, non? Clin d’œil aux ornithologues...). Et surtout, il n'y a pas de passages à vide ou de retombé de la tension que le groupe crée sur cette rondelle.
Le son est juste excellent aussi. Ecoutez donc cette basse qui claque:                       . Ecoutez mieux ou achetez le disque, ce qui serait fort bien plus pratique il est vrai. ce qui est sur, c'est une très bonne découverte en ce qui me concerne et qui devrait ravir les fans de metalcore/post-hardcore/djent/kömp (ouais, un nouveau mot inventé qui pète non?).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire