mardi 22 novembre 2016

Interview avec Dro de DYING FLAG

Une poutre inoubliable !

A Nîmes, ya plein de groupes excellents si on compte All Dogmas We hate, Eclypse, Epilepsy ou même 8More8, mais il y a un groupe que je tenais à vous présenter et qui a sa place dans la cour des grands. Un groupe qui mêle du punk à la sauce thrash et death, un groupe qui gueule sur les méandres et controverses de notre société, et l'espèce humaine. Je veux bien évidemment parler de DYING FLAG. Ce groupe poutre chaque public qui vient les voir en concert, provoque pogos sur pogos et enchaîne les dates comme jamais. Penchons-nous davantage sur le groupe en compagnie du bassiste Dro qui a répondu à l'appel du Loup de Margoth pour en dire plus !



Thorwald : Salut Dro, alors pour commencer, peux tu me parler de Dying Flag ? Comment le groupe est né ? Vous fracassez des gueules musicalement depuis combien de temps maintenant ?

Dro : Le groupe s'est créé en 2009 avec Steven le guitariste rythmique et Laurent qui était à l’époque à la guitare et au chant (il se consacre uniquement au chant aujourd’hui). Puis Tonin le batteur les a rejoint assez rapidement. Ensuite je les ai rejoint en 2011 et derrière ya eu Veuch, le guitariste soliste qui est arrivé en 2013. Donc ce n’est que depuis 2013 que la formation est vraiment complète !

Thorwald : La première fois que je vous ai vu jouer, c'était au Headbang Contest à Montpellier il y a 4 ou 5 ans je crois, puis je vous ai vu revu à la finale qui a eu lieu au Rockstore et que vous aviez gagné. C'était votre première victoire sur un tremplin musical ou vous en avez connu d'autres bien avant ?

Dro : Oui c'est la première fois qu'on a gagné dans un tremplin. A noter qu’il y a eu une finale aux alentours de Paris et que sur 5 groupes on a fini 3ème ! La finale s'est déroulé précisément dans le cadre d'un festival qui s'appelle le "Triel Open Air " et dans lequel on a joué aux côtés de groupes assez sympas comme par exemple Blazing War Machine et Witches ! On a donc gagné la finale au niveau régional au Rockstore, mais au niveau national on a manqué de peu de pouvoir accéder au Motöcultor Fest' puisque c’était ce qu’il y avait à la clé !

Thorwald : Votre musique est de mon point vue explosive : votre alchimie mélange du Punk, du Thrash, du Death Metal et du Hardcore ! Avez-vous des influences précises niveau groupe qui vous donne cette force et cette inspiration ?

Dro : Entre autres, Steven a pour influence Pantera et Hatebreed, Laurent a Trivium et Devildriver, Tonin a Feared et Lamb Of God, Veuch a Gojira et Exodus et pour moi Death et Opeth ! Les influences sur lesquelles on se rejoint tous sont Metallica et Slayer pour ne citer qu’eux. Au final, on a des influences diverses. La plupart d'entre nous n'écoute pas ce que l'autre écoute et je trouve que ça participe à la richesse de ce que l'on produit !

Thorwald : Sachant que vous incorporez chacun votre touche personnelle, ce qui rend votre musique putain de dynamique, quels sont les touches de tes comparses ? Et la tienne bien évidemment ?

Dro : Alors déjà ce qu'il faut savoir, c'est qu'on compose tous ! La plupart du temps on commence par la guitare. Steven et Veuch sont donc compositeurs naturels. Laurent a longtemps été guitariste dans le groupe, donc il compose autant que nous. Tonin compose aussi beaucoup les parties guitares (même si ça se voit direct que c’est un batteur dans la façon dont il compose !). Pour ma part j'étais guitariste avant d'être bassiste donc je compose tout autant que les autres ! Ensuite on apporte chacun notre patte ! Tonin aime clairement ce qui est rapide et technique, ensuite Steven aime ce qui est YEAAAAAAAAAAH ! (rires) ! Veuch a une vraie sensibilité en termes technique, c'est-à-dire que quand il écoute une musique il a une facilité pour capter l'émotion qu'elle dégage ! Vu que c'est le guitariste soliste, on va retrouver dans ses solos quelque chose qui va transmettre cette émotion ! Pour moi, si on regarde vraiment mes influences directes que sont Opeth et Death, j'aime le côté bien bourrin qui transperce et lacère les tympans tout en se mêlant au côté poétique. En gros, ce que j'aime c'est l'alliance entre les mélodies et le côté bourrin, j'aime que la musique raconte une histoire. Opeth par exemple, sont les maîtres ! Quand tu les écoutes, qu'il y a un growl bien sauvage et qu’une guitare acoustique arrive à la perfection pour calmer le jeu, ça me prend aux tripes et j'adore ! Ce que j'essaye d'apporter, c'est de faire vraiment en sorte que la basse aie une place à elle. Il faut qu'elle laisse de la place aux autres instruments, et d'un autre côté je veux pas qu'elle soit un mouton qui suit les pêches de la batterie. C'est pourquoi je me base sur Obscura et Necrophagist qui ont des bassistes exceptionnels ! J'essaye donc par exemple d'incorporer des solos de basse, c'est très difficile ! Je sais pas si j'arrive à le faire mais ça me plaît vraiment ! Quant à Laurent, il faut savoir que c'est une pile électrique, il arrête pas de bouger, fait du chant death mais a aussi le mérite de trouver, de chercher et d'apporter de la musicalité dans son chant. J'aime beaucoup qu'il ne chante pas qu'en death. Il module sa voix et apporte une très belle touche !

Thorwald : Votre EP qui date d'un an je crois maintenant est juste excellent, ma préférée est bien évidemment "Jack" ! As-tu un morceau de ton groupe que tu adores jouer en concert et que tu aimes écouter en b
oucle de ? Si t'aime la pression, lâche-toi !

Dro : L'EP date de début 2015 donc ça fera plutôt 2 ans. Par rapport à l'EP, il y a Boss et Painful Revenge. Boss est très Punk au niveau du chant, Thrash au niveau de composition. Painful Revenge a un côté indus' que j'aime beaucoup et elle symbolise l'arrivée de Veuch dans le groupe. Je peux pas me départager donc je dirai ces deux-là ! Boss correspond à notre univers et Painful Revenge à ce côté évident de la valeur sûre !

Thorwald :  Vous avez fait des premières parties plutôt sympa je trouve ! Notamment au Secret Place de Montpellier ! Que ressentez-vous tous quand vous savez que vous allez ouvrir le bal du chaos pour un groupe plus ou moins connu ?

Dro : Je pense qu'il y a deux aspects qui se démarquent ! Le premier, on prend du plaisir à monter sur scène et on veut donner aussi du plaisir à tout le monde, ça fait partie des moments d'une vie de groupe qu'il faut savoir savourer ! Et le second, on a quand même une part dans laquelle on se dit "Putain, faut qu'on les poutre ! Que le public retienne notre nom quand même !". Je veux pas qu'on pense que c'est élitiste de notre part, on est quand même assez humble pour savoir que c'est le deuxième groupe qui est sensé tout déchirer, mais on fait aussi partie du show donc « on va les poutrer les premiers ! ».

Thorwald : Ok poto, alors maintenant dis-moi 3 mots qui résument ta niak de zikos !

Dro : Ok alors passion, ensuite langage universel et énergie !

Thorwald : Un album de prévu ? Ce serait dantesque si c'est le cas !

Dro : Effectivement, l'album est prévu et je peux pas te dire où on en est actuellement, mais ya des teasers qu'on peut retrouver sur Youtube et la page Facebook pour donner envie au gens !

Thorwald :  Quand tu vois où tu en es avec Dying Flag actuellement, ça te fait quelle impression ?

Dro : Pour moi ya toujours deux aspects assez importants ! D'un côté, je regarde derrière car ça fait 7 ans que le groupe existe et 4 ans qu'on a vraiment bien démarré. Je pense qu'on aurait pu faire plus. Maintenant que je vois le chemin qu'on a parcouru, je me dis que j'ai été privilégié, qu'on a vécu des trucs extras ! Et quand je me tourne vers l'avenir, je me dis qu'on a un long chemin à parcourir. Je ne sais pas si on va y arriver mais en tout cas, je sais qu'on a une belle page à écrire !

Thorwald : Cet espace là est pour toi ! Si t'as des messages à faire passer pour les fans, tes comparses, tes copains, ta famille, etc, fais-toi plaiz' !

Dro : Pour commencer, je te remercie toi de t'être consacré à cet interview, de t'intéresser à nous, Ensuite je remercie mes potos avec qui j'évolue dans ce groupe parce que je délire bien avec eux et je fais une musique que j'aime donc je suis vraiment content que l’on partage ça ensemble ! De façon personnelle, je remercie aussi tout mon entourage parce que ya toujours eu quelqu'un soit pour me pousser, soit pour me lancer sur une voie. Par exemple mon père m'a lancé dans la guitare, ma mère et ma chérie m’ont soutenu (et il y en a d’autres encore…). Et bien sûr, pour terminer, je remercie vraiment les gens qui nous suivent ! C'est pas évident pour moi de me mettre à leur place. En tant que zikos, la plupart des concerts que j'ai vécu, c'est moi qui ai joué et du coup c'est difficile de s'extraire du côté de la scène pour se mettre à la place du public. On a pas souvent de critiques vraiment poussées. Du coup ça reste un peu mystérieux pour moi le fait que des gens nous suivent, mais ils sont vraiment sincères et nous donnent beaucoup d’énergie. Qu’ils soient 200 ou 15 devant nous, ils continuent de nous pousser. Sans eux on ne serait clairement pas là. Merci à eux !

Thorwald : Merci beaucoup Dro !

Dro : Yes, c'était cool !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire