dimanche 10 juillet 2016

BURIAL HORDES 'Devotion to unholy creed'

2008 Pulverised records - CD digipack

                           Afficher l'image d'origine

Oui, je sais. Vous allez dire que c'est vieux (ho, pas tant que ça!!) et obsolète (heu... bande de fous!). Mais je m'en fous. Parce que c'est moi qui fait. Et un jour où l'autre, il y aurait eu des productions plus anciennes (pas les moyens d'acheter que du neuf et je n'en reçois que très via la poste...).

On a affaire ici à de sympathiques black metalleux grecques qui jouent donc... oui, gagné! Du black metal! Mais pas celui avec clavier et guimauve mais le vrai, celui qui est vindicatif, malsain et, forcément, énervé.
Le quator balance un black metal, d'obédience traditionnel, alternant passages rapides et d'autres plus lourds, en gardant l'aspect malsain en ligne de mire, bien que ces derniers soient peu nombreux en comparaison.
Dès le premier titre ('Praise the bloodcode of hatred'), on sait à quoi s'attendre et que ça va faire très mal, durant 36 minutes. Le premier titre est aussi une mise en bouche, courte mais redoutable. Le groupe n'en a d'ailleurs rien à branler des durée, les titres variant de 2'49'' à 6'30''. Et cet écart de temps, sur les titres longs, n'est pas gênant, loin de là. Car le groupe met ces durées à profit pour développer des titres variés tout en amenant une certaine vision artistique du black, avec ces fameux instants plus lents voir lorgnant vers une forme titillant l'opéra, mais toujours avec un aspect malsain. Certains titres vont laisser des intros se développer et d'autres enchaînent directement avec le chant d'entrée de jeu. Efficace! Des passages sont aussi à la limite de l'hypnotique, voire rituel. Et quand le groupe se lache, cela donne des passages très glauques, malsains (la fin du titre 'Gods cutthroat').
Cet aspect se retrouve d'ailleurs dans divers aspects du disque, que ce soit le son, assez raw, grave, le chant, assez atypique, entre un chant black criard et le guttural proche du growling, offrant ainsi un chant qui accroche sévèrement et qui colle à la musique que délivre le combo.
Coté musical, les gars ne rigolent pas du tout, même si le son peut paraître brouillon (une bonne chaîne ou un bon casque rend hommage à leur musique, qui dévoile une certaines richesse) mais ça colle avec l'esprit qui se dégage de l'album. On se prend même à remuer les cervicales sur les passages les plus lents, presque martiaux parfois. Et malgré ce son particulier, rien n'empêche d'entendre les instruments, où la basse, déchaînée, n'est ni en reste, ni en retrait.
Le groupe ne met pas non plus de blanc entre chaque titre. Au contraire, ils sont enchaînés non stop pendant les 36 minutes, relevant presque d'une messe noire. Pas le temps de souffler!
Point de mystère sur les thèmes: misanthropie et satanisme sont majeurs dans les titres, leur groupes vomissant sa haine de la religion, sans prendre de pincettes. Je conseille fortement cet album aux amateurs de violence!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire