jeudi 9 juin 2016

The door

Sortie cinéma 1 juin 2016. Réalisateur: Johannes Roberts

ATTENTION: CEUX QUI N'ONT PAS VU LE FILM BEN... sois vous ne lisez pas, soit n'allez pas le voir!

Un couple américain décide, sur un coup de tête, car madame est enceinte, de s'installer en Inde (où monsieur déniche dans antiquité). Après une courte intro (avec un détail qui me turlupine), on avance six ans plus tard. Le couple vit sa vie paisiblement dans une grande ville de l'Inde, avec leur fille et un chien. Pourtant madame a mal à l'âme car elle a perdu son fils dans un accident de la circulation quelques années plus tôt et se sent responsable de la chose. Elle n'arrive pas à passer le cap et après une tentative de suicide, apprend par leur domestique indienne qui vient justement du sud du pays, à coté d'une vaste forêt où un vieux temple abandonné lui donnerait l'occasion de parler une dernière fois à son fils mort, avec une procédure simple: le soir, il faut étendre les cendres du défunt sur une marche et attendre dans le temple, porte close et ne jamais l'ouvrir tant que le jour n'est pas revenu. La suite montre l'exhumation et l'incinération du corps quelque peu décrépi du gamin. Forcément, la mère déconne après avoir parlé avec son fils et ouvre la porte, bouleversant l'équilibre entre le monde des vivants et celui des morts. Du coup, quand elle revient chez elle, elle comprend vite que ça part en couille, sous le regard déçu de la domestique. Et s'en suit une aggravation des événements jusqu'au final du film. Durant cette aggravation, on a droit à des poltergeists, du zombie, une gardienne des morts, des morts, de la possession...

Point positif: le rapport à la mort et le coté graphique qui lie celle-ci au temple puis à la maison (même si à la maison, c'est foutrement rapide (hahahaha, le jardinier qui trouve ça bizarre sans flipper sa mère...) et l'aspect visuelle de la gardienne des morts.

Le film n'est pas mal mais me pose problèmes pour diverses raison. D'abord, l'introduction: la gamine qui pointe du doigt la femme et devient une sorte de démon... on pense à un cauchemar mais le film fait croire que non car on enchaîne avec: 6 ans plus tard. Sans que cet événement ait choqué le père.
Quel rapport entre la femme morte dans un accident de la circulation et l'histoire? Putain, c'est juste un remplissage de 5 minutes... Autre point qui me gène: à court d'idée de scénario, hop, tiens je te fais une possession, dans les 10/12 dernières minutes du film. Compte tenu de ce qui précède dans l'histoire et les explications diverses, ça craint un maximum comme idée, alors qu'il y avait une idée évoquée dans le film d'un voyage aux Etats Unis qui aurait pu servir le scénario.
Ensuite, ce qui ne passe pas, ce sont les incohérences du scénarios: pourquoi la gardienne des morts, qui est juste censée récupérer les morts égarés, traque la mère qui est vivante? Pourquoi la fillette de la domestique, qui est évoqué dans l'histoire comme morte il y a des années et n'a pas subi le rituel du temple, apparaît sur la fin à la domestique (manque d'idée et caser une mort violente?), alors que c'est le gamin qui a pris l'apparence de la fillette (alors que suivant le scénario et la mythologie indienne, gnnniiiiiiiiiiiiiiiiii, ce n'est pas possible, le concept y étant étranger...)... Je parlais du zombie... oui car le gamin, au fur et à mesure, se corrompe physiquement et spirituellement (dixit la domestique: 'c'est le diable!'... Heu... concept étranger à sa religion en théorie...). La corruption du corps je veux bien mais pourquoi essayer de manger sa sœur? Inceste??
Le temps aussi est bizarre: lorsque la femme part au temple, on a l'impression qu'il y a juste 2 jours. 2. Le déroulement y fait penser. Et voilà que le père parle de plusieurs jours (on sent bien qu'il doit y avoir une semaine ou presque... re-gnnniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii).
Ou encore, la fin, grosse incohérence (pour une suite qui pue déjà?): la mère, qui meurt, dans leur maison, après une possession (Gnniiiiiiiii!!!! remplissage à deux balles!!!) se réveille au pied du temple en vit, son mari lui parlant derrière la porte et s’apprête à l'ouvrir alors que SEULE LA FEMME CONNAISSAIT L'EXISTENCE DE CE PUTAIN DE TEMPLE PAR LE SECRET QUE LUI A REVELE LA DOMESTIQUE QUI NE L'A JAMAIS REVELE AU PERE ET QUE CELUI-CI N'ETAIT QUE RAREMENT CHEZ LUI...

Ensuite, pour un film d'horreur, l'important est de mettre en tension et de caser des moments où tu sursaute. Ca ne marche qu'une fois, le reste on le sent arriver longtemps à l'avance...

Bon le film est mieux que the baby (une purge absolument minable) mais bon, ce n'est point très bon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire