lundi 15 février 2016

HOT HELL ROOM - Architect of Chaos

HOT HELL RECORDS 2016 - CD

Voilà un groupe qui pourrait faire un gros doigt (oui, celui du milieu de la main) à Drowning Pool. car oui, ce groupe ne joue pas une musique violente (du moins, de par mon point de vue) mais au moins, il y a des choses très intéressantes de proposées par le groupe!
Le groupe offre un album de 10 titres, dont on peut dire qu'ils balancent du heavy rock. A la base, ce n'est clairement pas ce à quoi j'adhère, mais voilà, Hot Hell Room me fait mentir. Et c'est bien un groupe qui te fait mentir, non? Hervé vous le confirmera (N'est-ce pas vrai Hervé?)!
Donc comme je le disais 3 lignes plus haut, le groupe joue ce que l'on pourrait nommé du heavy rock, faute de pouvoir être plus précis, car moult influences ont fusionné dans leur musique qui s'avère très riche. Des titres ont des parties qui évoquent, selon les goûts et le passif musical de tout un chacun, des groupes allant du heavy au hard rock, voire même en marge du rock (on peut se mettre à penser à Deep Purple, Status quo, The eagles ou encore Motley Crüe). Cela dit, ce qui transpire, de par l'approche du son en elle même est un coté, assez jouissif, à la Motorhead, avec un son très grave, couplé à une production très soignée.
Je parlais des influences. Pour vous situer, ce sont des influences qui sont évoquées, vous faisant dire 'ho, mais ça me rappelle XXX!' comme sur 'Chameleon' où le tout début rappelle 'Too young to fall in love' de Motley Crüe. Il y a pire comme référence, non?
Sans parler des réminiscences blues qui jaillissent soudainement ici, sans que l'on s'y attende. Il y a clairement une richesse musicale derrièe le groupe.
Le rythme de l'album est assez tranquille, mais sans jamais renier le coté rock. L'aspect heavy et hard rock est aussi bien à chercher dans les structures que dans le chant, très carré et parfois allant flirté dans une certaines puissance vocale, dans un registre clair (évidemment, pas de growling ici).
Le groupe prend le temps de développer des titres avec ambiances parfois assez calmes ('book of regrets'), avec un coté mélancolique pas désagréable), montrant ce que les gars maîtrisent avec finesse et doigté. Mais aussi parfois, il y a un coté catchy qu'il est bien, très rafraîchissant ('New York Bird). Et qui renforce cet aspect indéniable de heavy rock.
On a affaire à des musiciens qui savent et aiment ce qu'ils font, nous prenant au piège de nous mener avec eux, dans leur univers musical. Il est clair qu'en une seule écoute, on a des chances de rater des éléments, car le groupe nous piège dans les atmosphères de leurs titres, remuant en nous des souvenirs sonores loin d'être désagréables.
Ce groupe rejoint donc les groupes qui me font mentir quand à mes goûts musicaux, et mentir comme ça, c'est cool.

2 commentaires:

  1. faut bien écouter autre chose que du gros bourrin mon cher Benoit ;) et tu vois parfois ya du très bon dans ce style qui pourtant à la base n'est point ta tasse de thé ;) Hervé

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair! Mentir comme ça, c'est tout cool!

    RépondreSupprimer