dimanche 28 février 2016

GET RICH OR DIE ASSHOLE 'Get rich or die asshole'

G.R.O.D.A.  EP de 2015

                           Afficher l'image d'origine

Premier skeud du jeune projet Get Rich Or Die Asshole, projet actuellement tenu par le seul Guillaume Boéréma, on peut dire que le gars assure bien et gère ce qu'il fait. Et moi, ça me plait bien ce qu'il fait. D'entrée de jeu, c'est brutal et rappelle quelque peu Nasum, notamment au niveau des structures, enrichies par des touches subtiles de clavier.
Il nous balance sans moindre précaution 4 titres qui vont vite, sont efficaces et montrent la maîtrise du bonhomme.
Les titres plongent clairement dans les méandres de la powerviolence, ce qui est très youpi pour les amateurs de sensations fortes (moins pour les fans d'Epica ou Nightwish, qui, je l'avoue, se sentiront perdus dans la densité violente de la musique que propose GRODA).
Sachant que les parties batterie sont programmées, on est quand même mis face au doute que c'est justement de la programmation car à l'écoute, ce n'est pas flagrant mais fais plutôt passer à une véritable batterie.
Les titres sont, malgré leur durée assez courte, très dense et semblent vouloir annihiler toute volonté de résistance. Impression renforcée par les titres eux-mêmes, il n'y a qu'a les lire ('human hypocrisy' ou, au hasard, 'selfish to shit'). Il est clair que ça défouraille à fond mais sans pour autant que les titres se ressemblent. Bien au contraire, ils sont chacun leur propre identité, leur indépendance.
Certains passages restent quand à eux plus vagues, concernant les influences. Mais elles puisent toujours à la source du métal, mais un métal puissant et assez vindicatif.
Le son me plait aussi beaucoup, le coté grave dominant dans les instruments, renforçant la violence des propos. Bon, parler du sons et des instruments c'est bien, mais que dire du chant? Allez, vous avez 1 heure et je ramasse les copies.


...



Le chant donc a donc une dominante agressive, évoquant là encore la powerviolence. Mais Guillaume utilise aussi sa voix de différente façon, permettant de varier quelque peu les plaisirs, même si la première domine. L'ombre d'un chant grind/hardcore plane aussi, laissant entrevoir d'énergiques lendemains à venir.
Un bon premier EP très plaisant, que je vous recommande chaudement et en attendant du plus dense à venir. Un projet en quête de musiciens (amis zicos, contactez Guillaume via facebook...) A soutenir!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire