samedi 27 février 2016

EROS 'The damage is done'

EROS 2015 CD digipack

                                                            Afficher l'image d'origine

Par quoi commencer avec Eros? Qu'ils font de la musique (bon, c'est vrai que si c'était du coloriage, l'intérêt ici serait quelque peu nul... ou pas...)? Qu'ils sont des gens qui font des sons?  Qu'ils sont à la recherche du plaisir pervers ultime par le biais du sexe dans la musique labourant les neurones pour te détruire les extrémités nerveuses? Hum... Vaste débat. Hahahaha, je sais!
Eros, originaire de Bordeaux et tout neuf de 2012, est un groupe avec une chanteuse. Et là, je vois l'intérêt briller dans les yeux de certains et visualise surement des groupes comme Lacuna Coil, Nightwish et autre Epica. Et je vous: 'Bravo! Bravissimo! Totalement à coté de la plaque!'
En effet, le groupe, qui oeuvre dans le groove metal, a bien une chanteuse mais que je rangerais vocalement plus vers Eightfist et autre groupe à grosse voix féminine. J'y reviens plus loin.
Le joli disque nous offre 10 titres pêchus, relativement mid-tempo (ce qui n'est en aucun cas gênant, la sauce prenant bien!) avec un son très sympa (quoiqu'un peu faible à mon goût mais ce n'est que broutille). Alors, je vous vois venir: avec un nom comme ça, Eros, il doit bien y avoir un rapport avec l'amour ou Eros Ramazzoti (certaines mauvaises langues dirait Eros ramasse tes orties...). Aux premiers, je dis oui. Aux seconds, retournez sur www.okapipi.com.
Alors oui, le concept tourne autour de l'amour, mais version adulte: soit le cul, direct soit dans les méandres plus sombres de l'être humain. Variations de thèmes permettant de se lâcher. Et se lâcher, Sophie le gère bien: Sex'n'roll donne une idée de la folie du groupe et s'avère être le seul titre ou Sophie chante exclusivement avec sa voix de tous les jours, un chant clair. Et tellement que ça lui plait, elle semble avoir eut un orgasme lors de l'enregistrement. Hum... penchez-vous sur le titre.
Le reste de l'album lui permet d'osciller entre ce chant clair et un chant beaucoup plus grave, parfois limite guttural (Zombie apocalypse) mais l'essentiel de la voix renvoie sans honte à la comparaison de la voix de Bonnie Tyler et entrant dans la catégorie de groupes aux chanteuses à capacités vocales larges. Car là est l'une des forces du groupe: la voix rauque de Sophie, à la fois chaude et agressive parfois. Et là, va savoir si ce sont les titres écrits pour la voix ou la voix adaptés aux titres ou les deux... Moi je dis les deux.
Musicalement, les gars ne sont pas des manches non plus (même si ils en utilisent et n'iront pas la faire aux feux tricolores...) avec des structures mid-tempo, comme je l'ai dit, mais variées et sachant alterner des passages plus léger à d'autres, nettement plus lourd, qui donne envie de taper du pied ou de te remuer. Et cela ne les empêche pas de mettre de temps à autre de petites accélérations fortement sympathiques, où toute la cohésion saute aux yeux oreilles, à l'exemple de Lost Control (avec un peu de Mötorhead dans la structure par instant... et oui, rock'n'roll baby!).
De plus, chaque titre recèle d'éléments unique, leur donnant une identité propre et l'impossibilité de ire: 'Putain, chaque titre est pareil aux autres!' Ben non, là, ça ne marche pas cette excuse à 2 balles.
Le titre qui représente le plus l'essence d'Eros est sans conteste le sautillant 'Si vis pacem para bellum', qui résume assez bien le reste de l'album et nous offre un aperçu d'un gros potentiel qui va exploser. Outre que c'est surement le titre le plus rapide, chacun semble y être à son aise.
Autre chose qu'il est bien de l'album, ce sont les influences du groupe qui, subitement, transparaissent un bref instant, donnant un dynamisme à l'ensemble mais sans être pompeux, loin de là, car ces influences sont totalement digérées.
Que dire d'autre que de vous pencher sur le groupe? Et d'acheter leur album?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire